Réconcilier le social et le business: est-ce possible?

Ecrit par Christophe de La Chaise. Publié dans A la une, Développement Responsable

Tagged: , , , , ,

Publié le octobre 10, 2019 avec Commentez

Réconcilier le social et le business? impensable, il y a encore 15 ans…

C’est pourtant le sujet que va traiter notre intervenante de ce jour, avec passion et profondeur: Laurence Grandcolas.

Après une formation HEC et un début de carrière en conseil stratégie dans un gros cabinet, Laurence Grandcolas est arrivée chez Ashoka, le plus gros réseau d’entrepreneurs sociaux de France

Elle s’est rendue compte que les entrepreneurs étaient les mieux placés pour les enjeux sociaux et environnementaux et a décidé de créer une start-up – MySezame- pour développer l’innovation sociale et environnementale dans les entreprises.

Le constat : une augmentation de la population…avec une diminution des ressources

On connaît une croissance de 100 M de personnes chaque année sur terre :

Le seuil actuel de dépassement dans le monde est le 1er août (on juge qu’à cette date, on a consommé toutes les ressources disponibles…)

Si l’on imaginait la zone couverte par le plastique dans le monde : elle ferait 7 fois la superficie de la France…

Il faut donc changer sensiblement la manière dont on produit et dont on consomme

Opportunité pour les entreprises : 2/3 des salariés aimeraient travailler dans une entreprise sociale et solidaire

La prochaine grande transformation dans l’entreprise sera sociétale

L’entreprise est un vecteur de transformation du monde.

Voici 7  leviers pour changer le monde :

  • L’éco-conception
  • Le Sourcing responsable
  • L’écologie industrielle (une industrie utilise les déchets d’une autre)
  • L’allongement de la durée d’usage-

                         (22 M de téléphones sont achetés par an en France)

  • L’économie de la fonctionnalité
  • la consommation responsable
  • le recyclage

 

L’exemple de la Camif

En 2009, elle connaît une perte de 20M€

L’entreprise est reprise par un jeune entrepreneur en 2009 avec 2 axes :

  • Un modèle 2.0
  • Un modèle environnemental (plus de catalogue par ex ; je sélectionne si possible des produits recyclés de mes fournisseurs, etc…)

La déclaration du dirigeant, Emery Jacquillat : Je vais avoir 200 000 points de vente d’ici 5 ans…chez mes clients ! plutôt que d’immenses show-room

Par ex : Camif près de chez vous : la possibilité, pour acheter une table, d’aller la voir chez un client proche géographiquement de l’acheteur, grâce à un système de géolocalisation

 

La transparence, la confiance avec les clients est essentielle

Le budget est participatif, c’est le reflet de la stratégie

Le jour du Black Friday, il y a 2 ans, le DG a décidé, seul contre tous, de fermer le site internet de l’entreprise, se privant d’un chiffre d’affaires très important.

Mais en revanche, ils n’ont jamais eu autant de publicité et d’acquisition de clients !!

Comment ré-intégrer des populations démunies ? 

Il y a de plus en plus d’inégalités dans le monde.

Les pauvres achètent plus cher que les autres : car ils ont peu de moyens (par ex, ayant des moyens très limités, ils achètent une carte téléphone, avec un tarif de consommation unitaire très élevé).

On s’est rendu compte que la part des achats dépensés en France par ces populations démunies était très importante : 100 M d’euros ; c’est la notion de : « The  bottom of the pyramid ».

Pour eux, c’est la double peine, car ils dépensent plus cher et pour une qualité moindre…

 

Sur les inégalités :

Comment proposer des produits de 1ère nécessité à des populations pauvres ?

Voisins malins : 80 salariés en CDI.

Aider les voisins

L’association réussit à ouvrir 8 à 9 portes sur 10, là où les services publiques n’arrivent que dans la proportion de 1 sur 10…

Le compte Nickel : principe : pour permettre à une population qui n’a pas accès à un compte bancaire, on peut ouvrir un compte en 5 min, pour 20€

Ils ont 1,2 M de clients dont 50% sont en-dessous du seuil minimum de pauvreté ;

Sont dans 5000 bureaux de tabac

Buurtzorg : 10 salariés il y a 10 ans (organisation d’infirmières à domicile)

Aujourd’hui, 400 M d’€ de CA, 70% de parts de marché aux Pays-Bas !

5% de rentabilité

Réseau social interne avec partage d’infos et formations

Présents dans 14 pays

Ont permis de baisser de 70% le taux de burn out

40% de demandes de soins : créer autour de soi un écosystème d’autonomie

Conclusion:

Les échanges d’expérience, tant à Bordeaux qu’à Nantes, avec les DRO, pionniers en la matière, montrent que les pratiques évoluent dans le bon sens: beaucoup d’entreprises, en plus de leur devoir de bonne gestion et de recherche nécessaire de profit, se fixent comme objectif une meilleure cohésion sociale interne et une recherche d’exemplarité environnementale.

Elles iraient sans doute plus vite et seraient plus suivies si, en plus des critères classiques de mesure de performance économique, on prenait en compte le SROI : « Social Return on Investment ».

Les modèles économiques de ces entreprises engagées, socialement responsables sont la transparence et la confiance.

 

 

Partagez :

A propos Christophe de La Chaise

Bordelais depuis 25 ans, directeur du CECA. La conviction du CECA, à mi-chemin de la communication et du conseil RH, est que la performance de l’Entreprise (au sens large) vient de son capital humain. Cette conviction s’exprime lors de l’Université Hommes-Entreprises, un séminaire de réflexion de « remise en question positive » qui réunit plus de 500 décideurs fin août à Bordeaux (château Smith Haut Lafitte) et depuis 2012, avec le cycle Valoriser le capital humain. Mots clés du CECA : films, conseil en communication/RH, veille/informations.

Consultez les articles archivés de

Commentez

Il n'y a actuellement aucun commentaire Réconcilier le social et le business: est-ce possible?. Peut-être voulez-vous dire ajouter un des votres ?

Laissez un commentaire