Eric-Emmanuel Schmitt, Beethoven et l’optimisme

Ecrit par Christophe de La Chaise. Publié dans Optimisme

Tagged: , ,

Publié le octobre 15, 2010 avec 2 Commentaires

Superbe soirée au Grand Théâtre, jeudi soir, à l’initiative d’Albéric de Bideran (« de la Plume à la Toile »), de Laurent Croizier, le fameux dramaturge du Grand Théâtre, avec le soutien de la SBCIC.

Pour la 2ème fois, Albin Michel dépêchait son meilleur auteur à Bordeaux, dans cet écrin du XVIIIème siècle, pour une heure d’échanges littéraires et musicaux.

Durant une heure, Eric-Emmanuel Schmitt est revenu sur un de ses thèmes de prédilection: le courage et la confiance, face à l’adversité.

C’est probablement pourquoi, en plus de son génie musical, il apprécie tant le grand Beethoven.

« Enfant, nous dit-il, il apprend le piano, battu par son père alcoolique ».

Quand il commence à prendre son envol, et qu’il connaît ses premiers succès, c’est pour apprendre qu’il ne va probablement plus jamais pouvoir écouter la musique…

A 28 ans, sachant qu’il va devenir inoxerablement sourd, il décide d’écrire, par amour, une de ses oeuvres les plus fameuses: la sonate au clair de lune.

Les musiciens du Grand Théâtre ont su nous rappeler la fougue, la joie de plusieurs de ses oeuvres, preuve qu’il ne baissa jamais les bras, malgré une vie privée d’oreille et d’amour partagé…

Eric-Emmanuel Schmitt a donc bien raison de se moquer gentillement de ces intellectuels pour qui une oeuvre n’est belle que si elle est pessimiste et noire…

Ne vous étonnez donc pas de découvrir dans son dernier ouvrage: « Quand je pense que Beethoven est mort … » (Albin Michel) un très beau crédo sur la confiance, qu’Eric-Emmanuel nous avait offert lors de notre Université sur la confiance, l’an dernier.

Et si vous pensez comme lui, comme moi, que la confiance et l’optimisme sont des vertues à travailler, rendez-vous lors d’une prochaine rencontre à Bordeaux, Paris ou Bruxelles, de la Ligue des Optimistes, dont un des éminents ambassadeurs est un certain… Eric-Emmanuel Schmitt !…

Partagez :

A propos Christophe de La Chaise

Bordelais depuis 20 ans, directeur du CECA. La conviction du CECA, à mi-chemin de la communication et du conseil RH, est que la performance de l’Entreprise (au sens large) vient de son capital humain. Cette conviction s’exprime lors de l’Université Hommes-Entreprises, un séminaire de réflexion de « remise en question positive » qui réunit plus de 500 décideurs fin août à Bordeaux (château Smith Haut Lafitte) et depuis 2012, avec le cycle Valoriser le capital humain. Mots clés du CECA : films, conseil en communication/RH, veille/informations.

Consultez les articles archivés de

2 Commentaires

Commentaires pour Eric-Emmanuel Schmitt, Beethoven et l’optimisme sont fermés.

  1. Bonjour,

    Je ne voudrais contrarier personne mais Beethoven était sourd et non aveugle ! Ce qui est bien pire, vous le reconnaîtrez, pour un musicien. Je pense que la personne qui a rédigé cet article
    devait l’être également.

Website Security Test