Comment manager les générations: X, Y, Z et baby-boomers ?

Ecrit par Christophe de La Chaise. Publié dans A la une, Engagement

Tagged: , , , ,

Publié le novembre 15, 2012 avec 1 Commentaire

En écoutant le professeur Patrick Lemattre, (HEC, CPA), je pensais à cette citation des années 2000, de J.Aquilla et D.Ronfeld qu’il venait de nous donner :

« Ce n’est plus celui qui a la plus grosse bombe qui l’emportera dans les conflits de demain, mais celui qui racontera la meilleure histoire. »

Patrick Lemattre

C’est cet axiome qui a fait émerger dans le milieu professionnel, le « story-telling », art de raconter l’histoire d’une entreprise ou d’un produit.

Mais c’est aussi la spécialité de notre intervenant, qui maîtrise parfaitement l’art du conférencier.

 

Patrick Lemattre clôturait la 5ème session de notre cycle « Valoriser le capital humain », un cycle qui a vraiment tenu ses promesses, au vu des évaluations.

Voici les lignes de force de sa conférence « fétiche » sur le management des générations Y et autres::

Lors d’une récente enquête, interrogés sur les 3 objectifs majeurs qu’ils se donnent, dans la vie,  les jeunes de 18 à 25 ans répondent:

1)      Fonder une famille

2)      Trouver un job intéressant

3)      Acheter un logement

Cela a-t-il changé depuis 50 ans, 80 ans? non ! c’est la même chose depuis des générations, mais le contexte, lui,  a changé !

Cette idée de mouvement, de changement est fondamentale aujourd’hui: il faut s’adapter…

Justement, il paraît possible d’adapter son type de management aux différentes générations, dans le milieu du travail.

P Lemattre nous les rappelle brièvement (?!):

Les Baby boomers :

né vers 1950 : images emblématiques : le Vietnam, le Che, les Beatles, la conquête de la lune

Les Beatles

Leurs caractéristiques :

–          Espérance de vie de 15 à 20 ans

–          Durée de vie professionnelle : 40 ans ou plus

–          1/3 des européens

–          30% des salariés

Leur vie :

–          Un nirvana perpétuel (en tous cas, ce que disent d’eux les autres générations) : formation, plein emploi ; logement facile ;

–          Attitude parfois égocentrique

–          Education : logiciel culturel : le progrès perpétuel

–          Age moyen des parlementaires : 58 ans ; tombé à 54 ans ! donc, que des baby-boomers !

 

Leur situation :

–          La génération qui donne le plus de son vivant (heureusement, pour la situation économique parfois difficile de certains jeunes…)

–          Au top dans de nombreux domaines : financier, logement,…

–          Inquiétude : financer la retraite, financer la fin de vie. (1M de personnes touchées par Alzeihmer)

Leur philosophie :

–          Optimiser le temps, car on se rend compte du temps (réduit) qui reste

–          Dans l’entreprise : un pied dedans, un pied dehors. Il faut que je commence à penser à ce qui se passera après

Objectifs pros :

–          Moins de stress

–          Je veux du sens

–          Nouveau tempo : moins vite (ils n’ont plus 20 ans!…)

–          Encore quelques frissons : du fun !

Défis pour l’entreprise :

–          Les ramener dans le jeu

–          Optimiser leur présence : les orienter vers la transmission

 

La génération Y

la génération Y, vu par un humoriste canadien…

« La do-ityourself-generation.com » pour Patrick Lemattre !

La seule chose qui compte, c’est moi !

Vous n’êtes que des fonctions supports par rapport à moi

Question clé : est-ce que j’apprends quelque chose ? sinon : je me tire !

La preuve: dans les métiers de bouche : 55% d’entre eux partent s’expatrier (formation de CAP pâtissier par ex)

Le look est important: Berthold Brecht disait déjà (au milieu du 20ème siècle): « L’homme pauvre, c’est l’homme invisible »

Il est né vers 1980, donc autour de 20 ans an l’an  2000.

Aujourd’hui :

–          1/5 des européens

–          Durée de vie pro : 50 ans ? – problème: les études montrent aujourd’hui, qu’on ne peut pas assurer une vie pro avec le niveau de stress actuel, durant 50 ans…

–          35% des salariés

Leur vie :

–          Survivre et grandir dans un monde instable

–          Nouvelles relations à l’espace (internet)

Leur situation :

–          Logiciel : crise, mutation (ils sont donc mieux adaptés au contexte que les autres générations)

–          Maturité apparente : faire plusieurs choses en même temps

–          Une très grande fragilité : ont besoin de valeurs, de contrats précis et de règles.

–          Avec eux : il faut passer des contrats.

–          Autonomie, mais faible engagement collectif : pourquoi s’engager alors que ça change sans arrêt ?

 

Leur philo :

–          Tout, tout de suite, quand je veux !

–          Réalisme : ils sont lucides (presque cyniques)

–          Ils veulent du fun ; notre intervenant trouve intéressant de les challenger sur : « fun et normes iso » ! ou encore: « fun et ponctualité ! » ; 80% de la réussite, c’est la qualité de l’ambiance que créé le manager

–          « Maslow all inclusive » : je veux tout en même temps !

Objectifs  pros :

–          Apprendre vite

–          Méfiance sur les discours

–          Travail à tâches multiples

Défis pour l’entreprise

–          Appartenance collective duale : l’équipe de foot, le club photo,… « Vous savez, m’sieur Lemattre, mon univers s’arrête à tout ce que je touche du bout du pied ! »  dit un jour à P Lemattre une jeune bac pro !

–          Michel Maffesoli : la notion de tribu

–          L’esprit caméléon nomade : si je trouve mieux ailleurs, je pars

–          La culture de l’instant : ils vivent dans le présent contrairement à l’entreprise qui vit dans 3 temps

–          Il y  a chez ces jeunes une envie d’entreprendre exceptionnelle

 

La génération X, les Orphelins.

La génération X : Goldorak !

L’environnement professionnel a changé.

Les images de cette génération :

Le surgelé en parts individuelles, Reagan et Gorbatchev

 

Aujourd’hui :

–          Durée de vie pro 45 ans

–          35%des salariés

Leur vie :

–          Sentiment de « s’être fait avoir »…

–          Désenchantement

Situation actuelle :

–          En pleine maîtrise de ses capacités

–          Progression entravée par les baby-boomers

Leur philo :

–          Loyauté conditionnelle

–          Attitude consommatrice

Objectifs pro

–          Comment me maintenir dans la société ?

–          Recherche d’équilibre de vie

–          Disposer de facilités (des compensations : crèches, banques à domiciles,…)

Défis pour l’entreprise :

–          Restaurer la confiance

–          Engagement dans les responsabilités ; « avec ma femme je suis en CDD, avec vous je suis en CDI ! »

–          Favoriser la transmission des connaissances et des informations.

« Toujou couri/  Pogagner vie/  Quand bien couru/  Vie l’est foutu »  disait l’artiste  : R TOPOR

 

La Génération Z : « Pixels et Décibels »

Entre 15 ans et 25 ans, la personne change complètement

C’est une génération qui ne conteste plus … elle négocie !!

Un test réalisé sur 180 familles vérifie cette tendance manifeste: celle de la négociation et de la stratégie du jeu de Go !

Ils utilisent les outils de la modernité dans un schéma de proximité

en annexe, l’article en forme de révolte, d’un « X », coincé à juste titre entre les Y et les Baby-boomers:

« En France, pour que l’on s’intéresse à vous, vous devez être soit « Jeune » (moins de 30 ans), soit « Senior »(plus de 50). Rien entre les deux ! On parle des jeunes car ils représentent l’avenir et avec un taux de chômage inquiétant (8,5%), ils font l’objet de l’attention politique et économique. Comme je l’écrivais dans l’article « 10 raisons d’en avoir marre de la génération Y »  on parle aussi d’eux car ils sont présentés comme les remplaçants des Baby-boomers (ne nous emballons pas tout de même, les Boomers sont encore là pour quelques années). Quant aux seniors, entre la loi sur le maintien dans l’emploi, l’allongement de la durée de vie professionnelle, les retraites ou les réflexions sur le tutorat, ce sont les stars du moment. »

A suivre: quelles organisations à mettre en place pour ces types de générations si différentes ?

Partagez :

A propos Christophe de La Chaise

Bordelais depuis 20 ans, directeur du CECA. La conviction du CECA, à mi-chemin de la communication et du conseil RH, est que la performance de l’Entreprise (au sens large) vient de son capital humain. Cette conviction s’exprime lors de l’Université Hommes-Entreprises, un séminaire de réflexion de « remise en question positive » qui réunit plus de 500 décideurs fin août à Bordeaux (château Smith Haut Lafitte) et depuis 2012, avec le cycle Valoriser le capital humain. Mots clés du CECA : films, conseil en communication/RH, veille/informations.

Consultez les articles archivés de

1 Commentaire

Il y actuellement 1 Commentaire le Comment manager les générations: X, Y, Z et baby-boomers ?. Peut-être voulez-vous dire ajouter un des votres?

  1. l’homme est un animal qui sait qu’il va mourir alors pour le mettre en mouvement, le manager donnez lui un beau rôle, faites le aussi rêver, oui racontez lui une belle histoire à partager, cela est universel !

Laissez un commentaire