Alexandre Jardin : la fatalité n’existe pas

Ecrit par Christophe de La Chaise. Publié dans A la une, Engagement

Tagged:

Publié le janvier 31, 2016 avec Commentez

« Je l’aime parce qu’il fait partie de ces hommes pour qui la fatalité n’existe pas ».
L’auteur de ces paroles qui s’adressent à Ryad Boulanouar, créateur du compte Nickel, qui permet l’ouverture d’un compte bancaire chez les buralistes, n’est autre qu’Alexandre Jardin, répondant à l’invitation du dynamique CJD (Centre des Jeunes Dirigeants) de Bordeaux.

alexandre jardin
Ecrivain et réalisateur à succès, Alexandre Jardin est également très impliqué dans la vie associative, à partir d’un constat très simple : il y a de nombreuses fractures en France : le chômage, la précarité, les personnes sorties trop tôt du système scolaire, bref, tous les exclus de la société ;
les hommes politiques qui gouvernent la France depuis 40 ans étant incapables de trouver des solutions, c’est à nous de les trouver !
Lui, il a décidé, avec toutes les bonnes volontés de la société civile et les élus locaux, de redémarrer le pays.
Son moteur : son amour de la France.
Partant du constat qu’un grand nombre d’enfants à l’entrée au collège savent à peine lire (la proportion est passée de 15 à 19% entre 1997 et 2007), il est à l’origine en 1999 de l’association « Lire et faire lire », où 18000 bénévoles (essentiellement des retraités) viennent transmettre le plaisir de la lecture à 550 000 enfants.
Selon le même principe, il créé en 2002 l’association Mille mots, où des bénévoles retraités interviennent en prison.
En 2015, l’infatigable Alexandre Jardin créé « Bleu-Blanc-Zèbre », qui a pour but de fédérer et unir la société civile dans l’action concrète au bénéfice de la population : chaque Zèbre est une part de la solution.
L’écrivain n’est pas tendre avec les politiques, présents et passés, qui ont eu à gouverner le pays : on est dirigé par des techniciens, qui ne savent que pondre de nouvelles lois, il faut qu’il soit dirigé par des praticiens.
« Les kilomètres de textes de loi sont votés par des énarques de gauche et de droite ! ».
D’où son idée de fédérer les associations avec les entrepreneurs et les élus locaux, seuls au fait de la réalité du terrain, de façon à privilégier les actions des « faiseux » par rapport aux paroles des « diseux ».
Interrogé par le CJD sur ce qu’il attend du prochain gouvernement de 2017, il répond : « on leur demandera… de nous laisser faire !… » et en particulier, de les affranchir de la multitude de normes en tous genres qui tuent l’entrepreneuriat et la créativité.

pour en savoir plus:

http://www.bleublanczebre.fr

Partagez :

A propos Christophe de La Chaise

Bordelais depuis 20 ans, directeur du CECA. La conviction du CECA, à mi-chemin de la communication et du conseil RH, est que la performance de l’Entreprise (au sens large) vient de son capital humain. Cette conviction s’exprime lors de l’Université Hommes-Entreprises, un séminaire de réflexion de « remise en question positive » qui réunit plus de 500 décideurs fin août à Bordeaux (château Smith Haut Lafitte) et depuis 2012, avec le cycle Valoriser le capital humain. Mots clés du CECA : films, conseil en communication/RH, veille/informations.

Consultez les articles archivés de

Commentez

Il n'y a actuellement aucun commentaire Alexandre Jardin : la fatalité n’existe pas. Peut-être voulez-vous dire ajouter un des votres ?

Laissez un commentaire