Le courage d’une sobriété heureuse

Ecrit par Christophe de La Chaise. Publié dans A la une, Courage

Tagged: , , ,

photo Pierre Rabhi

Publié le juin 17, 2013 avec Commentez

Échanges ce week-end avec un ami qui venait de prendre connaissance du programme de notre Université sur le courage.

Difficile d’incarner cette qualité, probablement parce que le courage sait prendre de multiples visages…

A côté de ceux qui en parleront (philosophes, psychologue, …), il y a également ceux qui l’incarneront : gageons que les frontières seront probablement assez minces entre les deux…

Parmi nos grands témoins, certains ont consacré l’intégralité de leur vie à une grande cause.

Pierre Rabhi, pionnier de l’écologie humaine

Voici l’un d’entre eux, le spécialiste mondial d’agronomie biologique et pionnier de l’écologie humaine : Pierre Rabhi.

Élevé par sa famille algérienne, puis placé chez une famille française vivant en Algérie, il décide de quitter sa terre natale au moment de la guerre d’Algérie et s’installe à Paris.

C’est durant son métier d’O.S. (ouvrier spécialisé, dont Pierre Rabhi dit qu’il n’est spécialisé en rien…), qu’il nourrit son projet : partir avec sa femme à la campagne, loin de la ville, pour y cultiver des terres.

Sans économie, sans expérience, sans culture paysanne, c’est une vraie utopie !

Grâce à sa détermination, à un travail acharné d’ouvrier agricole, payé à l’heure, sur des terres arides, mais aussi à l’aide d’un docteur qui l’accueille sur des terres ardéchoises, il finit par trouver une ferme à retaper.

Le rêve failli se briser aux dures contraintes de la vie paysanne : la terre est pauvre, elle nourrit difficilement son homme : Michèle, son épouse, doit même retourner plusieurs mois vivre chez ses parents.

Pierre doit mobiliser tous ses talents (notamment celui de sculpteur) pour apporter quelques revenus supplémentaires au foyer.

Pierre et sa femme sont convaincus que la terre donne tous les ingrédients pour pouvoir engendrer des ressources sans faire appel à l’industrie chimique.

Il se forme à beaucoup de techniques de cultures naturelles et constate que, notamment grâce aux déchets organiques, les rendements sont multipliés par trois !

15 années sont néanmoins nécessaires à Pierre et Michèle pour qu’ils puissent vivre de leur ferme.

Le modèle de vie est bien différent de notre société de l’immédiateté, où les projets sont souvent orientés à court ou très court terme, car on n’a pas la culture de la patience…

Petit-à -petit, les succès de cet homme hors du commun, si dissemblable du paysan ardéchois : ni Français, ni paysan, n’ayant aucune attache locale, sont reconnus en France et à l’étranger : on le réclame au Sahel, au Burkina Faso, où les terres arides et sèches posent un problème aux populations.

En 1994, Pierre Rabhi anime le mouvement « Oasis en tous lieux », visant à promouvoir le retour à une terre nourricière et reconstitutive de lien social, puis, Terre et humanisme, (qui deviendra Colibris) afin de promouvoir et de transmettre l’agro-écologie.

La légende du Colibri

En voici la légende, tirée du blog :  http://www.colibris-lemouvement.org

  Initialement appelé Mouvement pour la Terre et l’Humanisme, Colibris tire son nom d’une légende amérindienne, racontée par Pierre Rabhi :

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »

Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »

 

Aujourd’hui, Pierre Rabhi est devenu un spécialiste de l’agronomie biologique et le pionnier de l’écologie humaniste.

Chacune de ses 50 conférences remplie les salles et les amphithéâtres, le plus souvent grâce au simple bouche-à-oreilles.

Pierre Rabhi nous fera le plaisir et l’honneur de conclure notre 19ème Université Hommes-Entreprises le 29 août à Smith Haut Lafitte.

Pour en savoir plus ou vous y inscrire en ligne :

http://universitehommesentreprises.com

En savoir plus sur Pierre Rabhi : www.fondationpierrerabhi.org

Partagez :

A propos Christophe de La Chaise

Bordelais depuis 20 ans, directeur du CECA. La conviction du CECA, à mi-chemin de la communication et du conseil RH, est que la performance de l’Entreprise (au sens large) vient de son capital humain. Cette conviction s’exprime lors de l’Université Hommes-Entreprises, un séminaire de réflexion de « remise en question positive » qui réunit plus de 500 décideurs fin août à Bordeaux (château Smith Haut Lafitte) et depuis 2012, avec le cycle Valoriser le capital humain. Mots clés du CECA : films, conseil en communication/RH, veille/informations.

Consultez les articles archivés de

Commentez

Il n'y a actuellement aucun commentaire Le courage d’une sobriété heureuse. Peut-être voulez-vous dire ajouter un des votres ?

Laissez un commentaire